projets

jeu, 04/30/2020 - 16:06

PLASMA

Planification et Apprentissage pour Agir dans des Systèmes Multi-Agents
  • THEORIE DES JEUX
  • ,
  • APPRENTISSAGE AUTOMATIQUE
Responsable INSA : Jilles-Steeve DIBANGOYE
Coordinateur : CITI
Financement : ANR
Montant global du projet : 255000€
Dates projet : Mars, 2020 - Août, 2023
Contact : jilles-steeve.dibangoye@insa-lyon.fr
mer, 04/29/2020 - 14:02

IMPULSION 2020-MERVEILLE

Régularisation par apprentissage profond - Application aux vaisseaux sanguins
  • SEGMENTATION DE VAISSEAUX SANGUINS
  • ,
  • APPRENTISSAGE PROFOND
Responsable INSA : Odyssée Merveille
Coordinateur : INSA LYON - CREATIS
Financement : UDL
Montant global du projet : 25400€
Dates projet : Janvier, 2020 - Décembre, 2021
Contact : odyssee.merveille@insa-lyon.fr

Malgré le boom de l’intelligence artificielle (IA), cette dernière peine à s’imposer en imagerie médicale car elle requiert de larges bases de données souvent indisponibles.
Ce projet propose de mélanger des méthodes classiques (variationnelles) et de l’apprentissage profond (IA) en utilisant des images simulées permettant de contourner le manque crucial de données. L’application principale envisagée est la détection de vaisseaux sanguins pour une meilleure prise en charge des suites de l’AVC.

http://www.odyssee-merveille.com

mer, 04/29/2020 - 11:37

IMPULSION 2020-DOITRAND

Prévision de la rupture pour une conception optimisée de matériaux architecturés et de matériaux composites
  • RUPTURE
  • ,
  • COMPOSITE
Responsable INSA : DOITRAND Aurélien
Coordinateur : INSA LYON - MATEIS
Financement : UDL
Montant global du projet : 57000€
Dates projet : Janvier, 2020 - Décembre, 2021
Contact : aurelien.doitrand@insa-lyon.fr

Les matériaux architecturés ou composites offrent d’innombrables possibilités de conception de microstructures dont certaines permettent d’atteindre des propriétés mécaniques exceptionnelles. S’appuyant sur une forte volonté de dialogue numérique-expérimental, ce projet vise au développement d’essais de caractérisation spécifiques et de modèles prédictifs pour l’optimisation de ce type de microstructures vis-à-vis de la fissuration et de la rupture.

mer, 04/29/2020 - 10:31

I-RISK

Plateforme risques naturels gravitaires Auvergne Rhône-Alpes
Responsable INSA : David BERTRAND
Coordinateur : UNIVERSITE SAVOIE MONT BLANC
Financement : FEDER REGION AURA
Montant global du projet : 707345€
Dates projet : Septembre, 2017 - Décembre, 2021
Contact : david.bertrand@insa-lyon.fr

• Une offre de services et d’innovation dans le domaine des risques naturels,
• Une plateforme de Recherche, Développement, et Innovation (RDI) au service des acteurs économiques et des collectivités,

• Une communauté de travail et d’échanges propice au développement de projets R&D.

 Saviez-vous que 80% du territoire de la région Auvergne-Rhône-Alpes est situé en zone de montagne et donc particulièrement sujet aux risques naturels gravitaires ?

Chaque année d’importants dégâts matériels, économiques et humains sont provoqués par les aléas naturels. L’actualité de l’été 2019 en témoigne avec de nombreuses zones agricoles détruites dues aux orages et chutes de grêle ainsi que des coulées de boue bloquant plusieurs axes de communication, ferroviaires et routiers. Face à ces événements d’origine naturelle, I-RISK a été mis en place. Fruit de la collaboration de plusieurs acteurs de la région : bureaux d’ingénierie, universités, laboratoires, cluster, entreprises, il a pour objectif de porter les innovations techniques et méthodologiques capables de réduire les risques associés aux phénomènes gravitaires. Il entend fédérer les acteurs (entreprises, laboratoires et collectivités) et les accompagner dans leurs travaux en mettant à leur disposition des moyens d’expérimentation et d’analyse.

Rejoignez-nous, participez à une dynamique collaborative et accompagnez des projets innovants répondant aux problématiques posées par les collectivités et les sociétés. Ensemble trouvons des solutions pour faire face aux risques naturels gravitaires !

ven, 04/24/2020 - 14:52

SIMR-2019

Simulation and Imaging for the Mitral Regurgitation
Responsable INSA : Pierre-Jean COTTINET
Coordinateur : REO - Miguel FERNANDEZ
Financement : ANR
Montant global du projet : 733903€
Dates projet : Janvier, 2020 - Décembre, 2023

Cardiac valve diseases are known to be an important public-health problem. Mitral Valve (MV) regurgitation (MR), also known as mitral insufficiency, is one of the most important of them. The regurgitation is either caused by a pathology of the valve itself (primary MR), or it is the consequence of a pathology of the myocardium (secondary MR). Primary MR usually associates lesions of different components of the valve, leading to a prolapse of the leaflet in the left atrium. Repair surgery is the gold-standard treatment. Functional assessment of the repair results is performed with echocardiography. One of the difficulties is that objective consequences of the repair remain still not well-known essentially because of limited means for measurement: new quantitative tools are

needed. A thorough understanding of the dynamics of the mitral apparatus (left atrial and ventricular wall, annulus, leaflets, chordae tendineae, papillary muscles) is imperative for accurate diagnosis and focused treatment of MV pathology. This project aims to contribute to this major issue, with the following two main objectives:

(1) Evaluate the biophysical consequences of mitral valve repair. In particular, tissue remodeling and ventricular flow will be evaluated by magnetic resonance imaging, and chordae tension will be measured using an innovative device.

(2) Design numerical tools, for cardiac hemodynamics, fluid-structure interaction, and myocardium biomechanics, to have an in silico counterpart of the in vivo data obtained by tension measurement and imaging. These tools will be used to analyze the consequences of mitral repair. In the longer term, they will be used to assess and improve implantable devices, like artificial neochordae, annuloplasty rings, artificial valves.

mar, 04/14/2020 - 10:13

ESMARTCITY

Enabling Smarter City in the MED Area through Networking
Responsable INSA : Hervé RIVANO
Coordinateur : ABRUZZO REGION

The main objective of ESMARTCITY is the improvement of the innovation capacity of the cities in the MED region by creating innovative ecosystems, involving Quadruple Helix actors. To this end, the project aims to pilot the ideas of the Smart City, using digital technologies and energy efficiency technologies to provide better services to the citizens with less environmental impact.

The project stands up to the challenge of enhancing the necessary public authority/citizen pull to match the already existing technology push driving at large the Smart City market. To this end it will enroll to a multinational pilot deployment in the MED area related to the application areas of intelligent districts, smarter energy and smarter lighting. Furthermore, it will test its sustainability with experimentation and co-creation scenarios and intervening in MED territory innovation policy change strategies.

The expected project results are

  • Upgrade of existing innovative clusters in the MED area integrating Smart City concept
  • Networking activities led by existing innovation clusters involving Smart City community Quadruple Helix actors
  • Making MED territorial policies more efficient to improve city ecosystem innovation capacities

http://https://esmartcity.interreg-med.eu/

lun, 04/06/2020 - 15:02

PHYTOBIOME@LSE 2

Microorganism-plant communication: From microbial signals and their action to an integrated model of plant development
  • INTERACTION PLANTE
Responsable INSA : Sylvie REVERCHON
Coordinateur : ENS LYON - RDP
Financement : UDL
Montant global du projet : 900000€
Dates projet : Janvier, 2020 - Décembre, 2022
Contact : sylvie.reverchon@insa-lyon.fr

Comprendre et modéliser le fonctionnement intégré du complexe micro-organismes-plante pour le développement de nouvelles stratégies culturales basées sur l’ingénierie du microbiome.

Le développement d'une agriculture durable pour nourrir la population humaine toujours grandissante représente un défi majeur en termes de stratégie de sélection des cultures, qui doit s'appuyer sur de nouvelles connaissances scientifiques. Conformément aux initiatives internationales émergentes en matière de phytobiome, nous proposons d’étudier l'importance des microorganismes partenaires des végétaux pour mieux comprendre le fonctionnement et les performances de l'holobionte végétal (c'est-à-dire le super-organisme composé de la plante et de ses partenaires microbiens) et de développer les connaissances scientifiques de base nécessaires pour la mise en place de stratégies de cultures végétales basées sur l’ingénierie du microbiome. L’objectif du projet est d’identifier les signaux microbiens ayant un impact positif sur le développement des plantes, d’élucider les mécanismes moléculaires à l’origine de ces effets microbiens chez les partenaires végétaux, de construire un modèle du développement de la plante intégrant son environnement microbien. Ce modèle conceptuel de fonctionnement de l'holobionte végétal permettra de prédire la réponse des plantes à l’inoculation par des communautés microbiennes synthétiques de différentes espèces.

 

mer, 04/01/2020 - 15:37

HILIGHT

Nanostructures diélectriques à haut indice pour le contrôle de l’émission et de la propagation de la lumière
  • NANOSTRUCTURES DIELECTRIQUES
  • ,
  • SOURCES QUANTIQUES
Responsable INSA : BRUNO MASENELLI (INL)
Coordinateur : CNRS - CEMES
Financement : ANR
Montant global du projet : 577015€
Dates projet : Janvier, 2020 - Juin, 2023
Contact : bruno.masenelli@insa-lyon.fr
Contrôler la lumière en régime quantique par des résonateurs diélectriques.

Le projet Hilight vise le développement de composants d’optique quantique intégrés sur silicium, de grande efficacité et de large bande spectrale (visible et IR) opérant à température ambiante. Ces composants sont conçus via des émetteurs quantiques couplés à des antennes diélectriques (nanostructures Si) afin d’assurer une exaltation de la luminescence, de son guidage, multiplexage et extraction (collecte et détection). La conception de source d’optique quantique brillante directement intégrée sur Si serait une percée technologique significative par rapport aux techniques concurrentes de report ou collage sur puce. Une telle amélioration aurait des impacts dans plusieurs domaines des technologies de l’information, telles que la mise à disposition de sources quantiques à bas coût intégrées dans les dispositifs télécom, des sources et optiques couplées et sub-longueur d’onde pour les lab-on-chip (dispositifs de capteurs miniaturisés sur puce pour le diagnostic) ou encore comme brique de base de la circuiterie de circuits optiques quantiques reconfigurables.

jeu, 03/05/2020 - 15:08

FLASHOX

Protection de la peroxydation des tissus sains par la radiothérapie FLASH
  • CANCER
  • ,
  • LIPIDES
Responsable INSA : Nathalie BERNOUD-HUBAC
Coordinateur : INSTITUT CURIE - PARIS
Financement : INSERM
Montant global du projet : 404000€
Dates projet : Novembre, 2019 - Octobre, 2022
Contact : nathalie.bernoud-hubac@insa-lyon.fr

À quelques exceptions près, les radiothérapies anticancéreuses actuelles délivrent des débits de doses compris entre 0,05 et 1,5 Gy/s et la plupart des protocoles cliniques impliquent des fractions quotidiennes de 2 Gy cumulées jusqu'à atteindre une dose totale proche de la limite de tolérance des tissus normaux. Une autre méthodologie appelée "FLASH", dite à ultra-haut débit de dose a été récemment découverte à l'Institut Curie par Vincent Favaudon radiobiologiste et chercheur. Cette technique consiste à délivrer une dose d’irradiation (≥ 10 Gy) pendant un temps très court (inférieur à 200 ms). Dans des modèles de souris, on a constaté que l’irradiation FLASH provoquait une diminution spectaculaire des dommages des tissus normaux comparativement à l’irradiation conventionnelle, avec une protection exceptionnelle contre la fibrose pulmonaire ou la perte de mémoire après une irradiation du cerveau, tout en maintenant inchangée l'efficacité anti-tumorale. Une telle protection spécifique des tissus normaux a été confirmée chez les grands animaux. La radiothérapie FLASH pourrait donc représenter une avancée majeure dans le domaine de la radiothérapie et ouvrir de nouveaux horizons dans le traitement du cancer.

Il a récemment été démontré dans le cerveau de souris et de poissons zèbres en développement que la radiothérapie FLASH dépend de la présence d'oxygène. Le décryptage des mécanismes chimiques, expliquant l'effet différentiel de l'oxygène dans la radiothérapie FLASH par rapport à la radiothérapie classique dans les tissus normaux, est important. On sait depuis longtemps que la radiosensibilisation par l'oxygène provient des radicaux peroxy qui sont générés suite à l'abstraction d'atomes d'hydrogène dans l'ADN et les phospholipides membranaires. Notre projet vise à effectuer une analyse quantitative basée sur la spectrométrie de masse des produits finaux dérivés de la peroxydation des lipides insaturés et des bases purine/pyrimidine dans les poumons et le cerveau de la souris. Si une différence significative est observée entre l'irradiation FLASH et l'irradiation classique en termes d'indice de peroxydation dans les tissus normaux, cela fournira la première preuve de concept longtemps attendue de l'effet FLASH au niveau moléculaire ainsi qu'un test rapide pour évaluer l'avantage potentiel de l’irradiation FLASH dans n'importe quel tissu dans la perspective d'applications cliniques.

Plan  Cancer III (INSERM)

jeu, 01/23/2020 - 17:27

MICROPLASTIQUES

Quantification et impacts des micro- et nano-plastiques au sein des hydrosystèmes urbains
  • MICRO-PLASTIQUES
  • ,
  • HYDROSYSTEMES URBAINS
Responsable INSA : Rémy BAYARD
Coordinateur : INSA LYON - DEEP
Financement : Agence de l'EAU
Montant global du projet : 82111€
Dates projet : Septembre, 2019 - Septembre, 2023
Contact : remy.bayard@insa-lyon.fr
Les micro- et nano-plastiques au sein des hydrosystèmes urbains ? Un état de l’art sur cette question environnementale et sanitaire.

La production de plastiques est passée de 1,5 millions de tonnes en 1935 à 335 millions en 2016. La majeure partie des produits plastiques consommés en Europe sont collectés en vue de leur traitement et, dans la mesure du possible, de leur valorisation matière (recyclage matière) ou énergétique (combustion et pyro-gazéification). Toutefois, la collecte des résidus plastiques n’est pas totale. En effet, de nombreux produits plastiques en fin d’usage échappent aux filières de traitement et de valorisation et se retrouvent, volontairement ou involontairement dans les différents compartiments de la biosphère, dont l’exutoire final, l’océan.

Leur accumulation et leur fragmentation en micro (0,1 µm – 5 mm) et nano-plastiques (1 -100 nm) dans les écosystèmes naturels ou urbains sont susceptibles de perturber les cycles bio-géo-chimiques et leurs fonctionnalités. Leurs impacts sur les hydrosystèmes urbains (considérés ici comme l’ensemble des habitats et compartiments du cycle urbain de l’eau par lesquels transitent les flux d’eau, de matières et d’énergie au sens large) font l’objet de questionnements scientifiques, en particulier sur les milieux aquatiques (rivières, nappes) ou les stations d’épurations. Depuis une vingtaine d’année, la communauté scientifique s’intéresse à la présence de particules plastiques dans les différents compartiments de la biosphère : l’eau, l’air et le sol, mais également dans les organismes vivants. Leur présence est mise en évidence partout.

Les hydrosystèmes urbains sont des systèmes clés de la propagation des micro- et nano-particules de polymères synthétiques : la majorité de la population mondiale vit dans les zones urbaines, dont le quart à moins de 100 km des côtes. Si les émissions de macro-

déchets de plastiques sont globalement assez bien contrôlées dans les pays industrialisés, les émissions micro et nano-plastiques (identification du terme source) le sont nettement moins en raison de leurs genèses multiples : fragmentation des macro-plastiques (genèse de micro et nano-plastiques secondaires), micro et nano-plastiques de consommation utilisés dans certains produits cosmétiques, et les fibres synthétiques issus de l’abrasion des pneus, des tissus synthétiques au cours de lessives, revêtements, peintures acryliques (micro et nano-plastiques plastiques primaires) sont susceptibles d’être transférés par le vecteur eau, d’un système à l’autre. A l’échelle urbaine, plusieurs voies de transfert vers le milieu naturel sont identifiées : les systèmes d’assainissement des eaux usées, le ruissellement des eaux pluviales sur les surfaces urbaines et les systèmes fluviaux.

Objectif :

L’objectif global de ce programme de recherche multidisciplinaire est de réaliser un état de l’art des connaissances actuelles sur les micro- et nano-plastiques dans les hydrosystèmes urbains. Il s’agit donc de réaliser un état des connaissances scientifiques sur plusieurs facettes de la problématique abordée :

  • Le terme source

L’identification du terme source des micro- et nano-particules plastiques conduira à aborder plusieurs points méthodologiques : la mise en évidence de micro et nano-particules organiques synthétiques (échantillonnage, extraction), leur caractérisation (tailles, forme, nature des polymères) et leur quantification dans les différents compartiments (et matrices) des hydrosystèmes urbains.

  • Le terme vecteur

Il conviendra d’aborder le terme vecteur des micro- et nano-plastiques au sein des hydrosystèmes urbains à partir de l’évaluation de leur devenir (stockage, transfert, conversion, réactivité, interactions avec le biotope), en particulier dans les sédiments des bassins de retenue et d’infiltration des eaux pluviales mais également dans les installations de traitement des eaux usées.

  • Le terme cible

La synthèse des connaissances actuelles sur les conséquences environnementales sera abordée pour mieux cerner les enjeux vis-à-vis du biotope mais également vis-à-vis de la ressource en eau. Sur l’ensemble des points abordés dans cet état l’art, les méthodes d’investigation seront présentées et discutées dans la perspective de leur mise en œuvre sur des hydrosystèmes urbains.

Pages