VIE DU CAMPUS

Projets de Recherche

Projet BIOALTEN

Démonstrateur de production d’énergie renouvelable à partir de biodéchets et de biomasse à l’échelle du futur bâtiment de la plateforme PROVADEMSE.

La plupart des maillons de la chaine de valeurs permettant la conversion des biodéchets  et de la biomasse en énergie utilisable en milieu urbain – chauffage, électricité, carburant – fait déjà l’objet de travaux de recherche et développement. Cependant, l’adaptation à un gisement local donné, comme ici le campus LyonTech-la Doua et ses proches voisins, et le changement d’échelle pour conduire à des préconisations industrielles sont encore des freins scientifiques, techniques et opérationnels au développement de ces technologies de conversion énergétique à l’échelle des territoires.

Projet IDEFFE

Estimation des usages et agrégation des données énergétiques des bâtiments par identification expérimentale des modèles physiques

Les sociétés urbaines sont aujourd’hui confrontées à l’enjeu d’amélioration de l’efficacité énergétique dans le bâtiment. Le problème est que l’efficacité énergétique des bâtiments ne peut pas être mesurée directement. La procédure actuelle fait une estimation dans des conditions « types » et ne vérifie pas le niveau d’efficacité énergétique effectif.

Le verrou technologique à lever est d’obtenir la base de référence par des mesures expérimentales. Le problème scientifique à résoudre consiste à définir le modèle de calcul de la base de référence et de mesurer la consommation grâce à des capteurs et en étudiant les comportements des usagers.

La résolution de ce problème nécessite donc trois compétences complémentaires :

  • Les sciences thermiques pour la modélisation ;
  • L'informatique pour le déploiement des capteurs et la gestion des données issues des capteurs ;
  • Les Sciences Humaines et Sociales pour l’analyse des usages et comportements.

La partie expérimentale du projet s’appuie sur un bâtiment de l’INSA Lyon instrumentalisé avec des capteurs. Cette plateforme expérimentale permettra le développement de la méthode d’identification expérimentale des paramètres physique (fusion des données), l’étude de la gestion des données issues des capteurs distribués au niveau d’un bâtiment entier et l’étude des usages faits par les occupants.

 

Projet OMEGA ECO-CAMPUS

OMEGA pour Outil MEthodologique d’aide à la Gestion intégrée d’un système d’Assainissement et par extension au système de gestion des eaux urbaines.

Inscrit dans le cadre d’un projet ANR labélisé par IMU, le projet OMEGA s’intéresse à l’évaluation locale des services effectifs rendus par les systèmes d’assainissement (et par extension par les services « d’eau ») urbains en s’appuyant sur l’exemple du campus LyonTech-la Doua.  Ce projet de recherche vise à construire un outil d’aide à la décision et au pilotage basé sur des indicateurs pertinents permettant de mesurer l’évolution du service rendu par le système de gestion des eaux pluviales du campus et ce afin :
- d’offrir à terme une vision globale du système,
- d’intégrer les besoins et attentes des acteurs des territoires superposés,
- d’intégrer les différents acteurs à la prise de décision,
- d’adopter une gestion adaptative,
- d’utiliser les connaissances locales,
- d’ajuster la méthode et les ambitions aux ressources disponibles et réciproquement.

Projet MICROMEGAS

Soutenu par l’ONEMA, le projet MICROMEGAS a pour objectif d’étudier le rôle des techniques alternatives sur la gestion des micropolluants dans les rejets urbains de temps de pluie et de mettre en perspective :

  • le rôle de différentes techniques alternatives de gestion des eaux pluviales à la source par rapport à des techniques centralisées en proposant des indicateurs de performance intégrant différents points de vue et différents contextes locaux.
  • les représentations des maîtres d’ouvrage, des gestionnaires et des usagers de ces ouvrages sur ces micropolluants. Ces perceptions et les pratiques qui en résultent sont-elles de nature à impacter les performances des systèmes eux-mêmes ?
  • les outils prescriptifs à mettre en place dans le cadre d’une politique de planification, conception ou gestion (maintenance et contrôle), pour limiter les rejets de micropolluants dans les milieux récepteurs et améliorer la gestion des ouvrages.
     

Projet URBIEAU

Les espaces verts ou espaces végétalisés urbains, organisés en « infrastructure verte » sont des éléments de « nature » en ville omniprésents dans la plupart des villes du monde de par leur multifonctionnalité. Le projet URBIEAU vise à confronter la pertinence des fonctions les plus fréquemment attribuées aux espaces végétalisés en utilisant les méthodes des trois champs disciplinaires suivants :

  • fonction d’accueil des usages assurée par les modalités de gestion des acteurs,
  • fonction de service hydrologique,
  • fonction de support de biodiversité.

Ces trois fonctions des espaces végétalisés : accueil des usages, gestion des eaux pluviales et support de biodiversité sont invoquées pour justifier des politiques d’organisation de la ville, tout en n’étant jamais évaluées simultanément pour un même espace. C’est la multifonctionnalité que le projet URBIEAU a pour vocation d’étudier sur une infrastructure verte, celle de l’Ecocampus LyonTech-la Doua, qui dispose d’un réseau d’espaces végétalisés de fonctions a priori variées.