RECHERCHE

16 oct
16/oct/2018

RECHERCHE

Innovation INSA : un matériau à l’épreuve du feu

Comme la carapace du dragon résistante au feu, le pare-flamme Dragonskal possède des propriétés quant à lui bien réelles. Aussi léger qu’une plaque de béton cellulaire, le modèle développé dans les laboratoires de l’INSA Lyon et industrialisé par MIHB offre une perspective d’avenir en matière de sécurité incendie. Le matériau a d’ailleurs été présenté au Congrès annuel des sapeurs-Pompiers de Bourg-en-Bresse en septembre dernier. 

Tout commence en 2009, lorsque la PME oyonnaxienne MIHB rencontre le laboratoire LGCIE (Laboratoire de Génie Civil et d’Ingénierie Environnementale) de l’INSA Lyon.
L’entreprise, alors dans une dynamique de diversification de son activité de plasturgie dépendante du pétrole, se tourne vers la technologie minérale. Reconnu dans le domaine de la formulation de matériau, le laboratoire accepte le défi d’inventer des composants résistants au feu.

« Notre mission était de développer la matrice d’un produit capable de résister longtemps aux flammes. De 2009 à 2013, nous avons travaillé conjointement avec MIHB sur un panneau composite, totalement minéral », indique Jean Ambroise, professeur émérite de l’actuel laboratoire Geomas, issu du LGCIE aujourd’hui scindé en deux.

De cette collaboration est ainsi né Dragonskal aux propriétés prometteuses : le panneau de 40 mm d’épaisseur exposé deux heures à 1100° ne s’enflamme pas, ne dégage aucune fumée ni goutte enflammée et offre une résistance mécanique étonnante. Si son innovation tient dans la formule développée par l’INSA Lyon, le panneau pare-flamme répond également à une problématique environnementale puisqu’il peut être considéré comme un déchet inerte de par sa composition minérale. 

Et les applications sont nombreuses : murs coupe-feu, tunnels, espaces sensibles, gaines de désenfumage, coating de casques de pompiers... Tout est à envisager grâce à cette innovation encourageante pour le domaine de la protection des biens et des personnes.

« Le Dragonskal interpelle et questionne. Des grands groupes industriels s’intéressent à la composition du produit pour les couloirs de train, d’avions, les camions, les cuisines de restaurants… La sécurité incendie est une problématique qui concerne tous les domaines », rappelle Jean Ambroise.  

Ces années de projet collaboratif ont permis de tisser des liens forts entre le laboratoire et MIHB que le professeur émérite souhaiterait voir perdurer.

« Ayant été l’interface entre le laboratoire et l’entreprise, j’aimerais passer le flambeau aux plus jeunes pour conserver cette relation de confiance essentielle à ces travaux d’innovation car les possibilités d’applications sont infinies pour répondre aux problématiques de sécurité incendie ».