FORMATION

30 aoû
30/aoû/2018

FORMATION

ATOS IT Challenge : 3 INSA Lyon imaginent un chatbot pour les malades d’Alzheimer

« Bonjour Henri, je suis Elza. Avez-vous bien dormi cette nuit ? De quoi avez-vous rêvé ? Il est l’heure de prendre un bon petit-déjeuner avant l’arrivée de l’infirmière à 10h00. Voulez-vous que je fasse chauffer la cafetière ? », dit le smartphone, sous les yeux remplis de fierté d’Ayoub, Mohamed et Saber.

Ces trois étudiants tunisiens et marocain, admis directement en 4e année à l’INSA Lyon au département Informatique dans le cadre de leur double diplôme avec l’université de Passau en Allemagne (4IF PhD-Track INSA IF-Passau), ont imaginé « AZL-E », un agent conversationnel qui s’adapte au comportement de son utilisateur grâce à de multiples fonctionnalités : rappels, « book of life », jeux de mémorisation… Tout est conçu pour stimuler les facultés cognitives des patients touchés par la maladie d’Alzheimer en phase précoce. 

« L’idée d’AZL-E est inspirée de mon passé avec ma grand-mère, atteinte de la maladie d’Alzheimer. Puisque l’objectif de l'ATOS IT Challenge était de proposer un concept ayant trait à l’IA et aux chatbots, nous avons imaginé un ‘e-companion’ pour stimuler la mémoire des patients et les aider à rester en alerte », explique Saber.

La solution des trois étudiants se différencie de celles proposées sur le marché actuel grâce à la proactivité d’Elza, la voix féminine du chatbot qui offre une assistance approfondie à travers des déclencheurs personnalisés et une interaction de l’application avec les objets connectés de la maison.

« L’utilisation du chatbot sous-entend que le patient présente un minimum d’autonomie. Sur les 7 stades de la maladie définis par les experts, nous considérons qu’ALZ-E peut être utilisé par les patients atteints jusqu’au stade 4. Il agit comme un assistant social et comme un facilitateur de vie. AZL-E est une solution proactive. Cela signifie qu’elle devance les intentions du patient en détectant les moments où celui-ci a besoin d’assistance. Par exemple, le chatbot intégrera dans une discussion en apparence banale, une information importante inscrite dans la fonctionnalité ‘Rappels’. Aussi, à travers des jeux de stimulation cognitive, nous avons souhaité intégrer un système de scoring, permettant d’évaluer la capacité de l’utilisateur à mémoriser en temps réel. Nous avons conçu une application intuitive et adaptée à des gens qui n’ont pas nécessairement l’habitude des objets connectés, » explique l’équipe.

 

L’entourage du patient pris en compte
Puisque la maladie d’Alzheimer impacte également les personnes entourant le patient, l’équipe a pensé à une plateforme de broadcast, intitulée « AZL-E Family ». Grâce à cet outil, le cercle de confiance de l'utilisateur peut partager des images dans le « Book of life » ou accéder à des informations scorées.

« L’application intègre un système de tags et de reconnaissance faciale qui permet à Elza de consommer ces informations à travers une discussion quotidienne avec l’utilisateur et d’augmenter les chances de se souvenir, » explique Mohammed.

Prix spécial du jury de l’ATOS IT Challenge
La solution « AZL-E » a été très remarquée lors de l’ATOS IT Challenge, un concours destiné à la future génération de professionnels de l’Intelligence Artificielle. Après une première sélection distinguant 20 dossiers parmi les 204 équipes en compétition, l’équipe INSA Lyon a atteint la première phase de présentation à un jury scientifique. Accompagnés par un coach salarié du groupe ATOS, les étudiants ont fait évolué leur projet de décembre à avril, jusqu’à la dernière phase de test de l’application. Parmi les 4 équipes finalistes retenues par le jury de l’ATOS IT Challenge : les Universités américaines de Columbia et du Texas, l’Université d’Etat de Voronezh en Russie et l’INSA Lyon pour le prix spécial du jury.

« L’ATOS IT Challenge est une compétition que je suivais déjà de très près en Tunisie. En arrivant à l’INSA Lyon, j’avais en tête de trouver des coéquipiers pour participer à ce challenge. Il a fallu former une équipe très motivée car il s’agissait d’un travail de longue haleine, réparti sur l’année entière. Au-delà de la fierté éprouvée après de tels résultats à ce challenge, nous sommes surtout conscients de l’intérêt de notre outil sur l’amélioration du confort des patients atteints d’Alzheimer. Nous espérons qu’ALZ-E pourra soulager les malades et leurs familles », explique Ayoub.

Aujourd’hui en stage chez ATOS Worldline, les trois étudiants travaillent dans les laboratoires R&D du groupe, à l’amélioration d’AZL-E. 

« C’est une incroyable opportunité de pouvoir réaliser notre stage de 4e année sur notre projet. Nous collaborons avec des experts, des chercheurs, des psychiatres et des cliniciens qui nous aident à rendre le projet le plus viable possible pour les patients. Notre aventure avec ATOS n’est sûrement pas prête de s’arrêter ! »

 


Un logo formé de lettre entrelacées pour représenter les cellules de mémoire qui s’affaiblissent avec la maladie d’Alzheimer. Seul le mot « AZL-E » est lisible, comme un soutient immuable et persistant.