VIE DE CAMPUS

16 jan
16/jan/2019

VIE DE CAMPUS

Ingénierie en milieu associatif : le pouvoir de la transmission

Depuis 1990, le Clubelek de l’INSA Lyon attire toutes les personnes ayant une appétence pour l’informatique et plus généralement la mécatronique*. Composée de quatre-vingt membres (insaliens, étudiants et professionnels), cette association propose un espace de création, de partage et d’apprentissage. Cette année, elle accueille un groupe de quatre collégiens, passionnés de robotique, grâce à l’ouverture d’esprit d’un élève-ingénieur passionné, Ziggy Vergne.

Afin de rendre plus accessible le monde de l’informatique, Ziggy Vergne, actuellement au département Informatique et membre du Clubelek, a eu l’idée de proposer des formations aux plus jeunes.

« Depuis toujours je suis passionné par l’électronique et l’informatique. Enfant, je passais mes après-midis à bricoler mon ordinateur, fabriquer des robots, démonter des appareils... Lorsque j’ai rencontré ce petit groupe de collégiens passionnés d’informatique à la fête du jeu de Meximieux, je suis revenu dix ans en arrière ! Je me suis rappelé ces longues heures à me former seul et j’ai eu envie de les aider à découvrir ce domaine plus facilement », explique Ziggy.

Il décide alors de leur proposer des sessions de formation de trois heures tous les samedis après-midi, hors vacances scolaires. À chaque cours, un nouveau concept est étudié : explication des grandeurs physiques (tension, intensité, résistance, puissance), programmation, branchement électronique, mécanique…  En plus de l’aspect technique, Ziggy aborde avec les jeunes toutes les problématiques liées à la robotique : règles de sécurité, licences, contraintes légales, coûts...

« Je m’investis beaucoup pour adapter mon discours à ces jeunes et capter leur attention. Nous sommes vraiment dans un cours interactif où nous favorisons l’échange. Avant chaque séance, je leur prépare un polycopié que je leur envoie pour qu’ils puissent avoir un support sur lequel s’appuyer avant de suivre le cours. J’ai été agréablement surpris quand j’ai vu ces supports imprimés et annotés par les élèves ! Ils sont vraiment passionnés et j’adore leur transmettre mes connaissances ! »

Depuis novembre, cinq cours ont déjà eu lieu et les élèves sont ravis. Au premier rendez-vous, le groupe d’élèves a conçu un « mini piano », ce qui lui a permis de comprendre le fonctionnement des boutons poussoirs et les bases du branchement. Dès le second cours, les collégiens ont découvert les servomoteurs.

« Dans la robotique, les servomoteurs sont très importants car ils permettent de réaliser un mouvement précis suite à une commande externe. Lever un bras, le bloquer dans une position définie, ou encore tourner une roue semblent être des actions simples, pourtant il y a des notions électroniques relativement complexes à maîtriser », souligne Ziggy.

La semaine d’après, l’élève-ingénieur leur a expliqué le principe physique des ondes et ultrasons.

« Cette fois-ci, j’ai choisi d’illustrer cette notion avec un robot équipé de capteurs lui permettant d’éviter les obstacles et de suivre des lignes au sol. Les élèves, passionnés de robotique, ont adoré pouvoir paramétrer le robot et comprendre son fonctionnement ! ».

Dernièrement, les collégiens ont appris à se servir de l’imprimante 3D de l’association et ont pu programmer, réglager et imprimer un emporte-pièce en forme du symbole pi (π). 

Pour les prochains cours, les collégiens découvriront Linux. Ils apprendront à utiliser le terminal qui leur permettra par exemple de lancer des programmes, créer des dossiers, redémarrer un ordinateur, et tout cela via une connexion sécurisée !

« Je suis fier de pouvoir accorder de mon temps à ces jeunes. J’aurais aimé qu’on me guide lorsque j’avais leur âge pour progresser plus vite et découvrir ce milieu. Ces cours vont leur apporter de solides connaissances pour l’avenir et, je l’espère, développer de véritables vocations ! »


 


Le local du Clubelek regorge de matériels mis à disposition des membres : multimètres, ordinateurs, microcontrôleurs, imprimantes 3D, scies, générateurs de tension… Chacun peut s’en servir pour développer des projets qui leurs tiennent à cœur. L’association est organisée actuellement en quatre pôles : 
▪️ Pôle haute tension : les membres ont eux-mêmes conçu une bobine Tesla qui leur permet de produire des arcs électriques dans l’air. Cette bobine a été modifiée récemment pour pouvoir jouer de la musique grâce à la dilatation de l’air lors de la production d’éclairs : démonstration en vidéo !
▪️ Pôle drone : tout nouveau dans l’association, ce pôle a pour vocation de construire et programmer un drone de A à Z ; 
▪️ Pôle handicap : comment la mécatronique peut venir en aide aux personnes handicapées ? En construisant des manettes leur permettant d’utiliser un ordinateur, en s'adaptant à leur handicap ! 
▪️ Pôle robot : l’objectif de ce pôle est de participer (et gagner) la coupe de France de robotique par la conception de robots qui affronteront des robots de la France
entière !

Pour en savoir plus sur le Clubelek

* La mécatronique englobe la mécanique, l’électronique, l’informatique et l’électricité de puissance.