VIE DE CAMPUS

16 mai
16/mai/2019

VIE DE CAMPUS

L'INSA et l'aviron : une affaire de famille chez les Colard

Dans la famille Colard, je voudrais le cadet et la benjamine d’une fratrie de trois enfants. Thibault Colard, 27 ans, et Marion Colard, 23 ans, sont élèves-ingénieurs à l’INSA Lyon. Ils sont également champion olympique et 3e championne du monde d’aviron, entre autres victoires sportives. Ou encore fils et fille d’ingénieure INSA. Portrait de famille d’une lignée de rameurs-ingénieurs ou d’ingénieurs-rameurs hors-normes.

L’aviron, ça se transmet de père en fille, de mère en fils et de frère en sœur chez les Colard. Avec un papa entraîneur national d’aviron et une maman rameuse, les trois enfants de la fratrie ont côtoyé les abords des bassins très jeunes.

« La discipline est venue à nous assez naturellement. On ne nous a jamais obligé à quoique ce soit et puisque l’aviron ne peut pas se pratiquer trop jeune à cause du matériel, nous avons chacun pratiqué des sports différents avant de monter dans un bateau. C’est peut-être une affaire de gènes, car même notre grand frère Quentin est rameur », explique Thibault. 

Et en montant sur leurs bateaux, Thibault et Marion rejoignent rapidement les marches du podium. Le cadet est médaillé des JO de Rio, et la benjamine, trois fois championne du monde. Chaque membre de la famille a un palmarès à la hauteur de sa passion. 

« La famille, c’est un soutien pour les moments de doute et de joie. On s’entraîne et on se pousse mutuellement puisqu’on se comprend. C’est une chance », confie Marion.  

Sport emblématique de l’INSA Lyon depuis sa création, l’aviron n’est pas qu’une question de performance et de résultats, sinon de valeurs partagées entre les membres du même bateau. Christine, la maman, a appris à ramer lorsqu’elle était étudiante à l'INSA. 

« C’est un sport d’équipe, qui requiert rigueur et bienveillance. Je crois que nous avons eu à cœur de transmettre les fondamentaux du sport à nos enfants. Pour faire avancer le bateau, il faut de la cohésion et de la confiance entre les rameurs. Cela nous pousse à nous dépasser, tout en faisant attention à l’autre. J’espère qu’ils sauront transposer ces valeurs dans leurs vies d’ingénieurs », explique la mère des deux étudiants. 

Thibault et Marion ne sont pas seulement des rameurs chevronnés. Tous les deux élèves-ingénieurs Sportifs de Haut Niveau en 5e année au département information et en 3e année au département Biosciences, ils jonglent entre études et sport. 

« Il a fallu prouver que nous étions capables de gérer les deux pendants de nos carrières de rameur-ingénieur en entrant à l’INSA. Le soutien de nos professeurs et de la section SHN est un facteur clé dans notre réussite, c’est certain », dit Thibault. 

Et l’INSA, c’est aussi une histoire de famille. 

« Notre mère, nos oncles et tantes sont ingénieurs INSA ! Alors lorsqu’il a fallu choisir une école qui permettait de vivre nos deux vies, nous avons naturellement pris le chemin insalien. Et d’ailleurs, nous avons trouvé ici une deuxième famille », conclut Marion. 

 

Liste des actualités

formation - 23/07/2019

Rentrée 2019

formation - 18/07/2019

L’INSA à la sauce brésilienne

recherche - 18/07/2019

Simulateur et tremblements

Voir toutes les actualités