INSA LYON

14 mai
14/mai/2020

INSA LYON

La revue de presse de la prospective #INSA2040

Le Comité d’études prospective #INSA2040 propose une revue de presse sur les impacts de la crise sanitaire en lien avec les enjeux majeurs identifiés pour l’avenir de l’INSA.

 

Bruno Latour, philosophe et sociologue, a mis à disposition un questionnaire pour que chacun ou chacune profite de cette période de ralentissement, voire de mise en parenthèse, pour s'interroger sur l'après. Car certains veulent retrouver au plus vite la situation antérieure, appelant à relancer le monde comme il était sans rien changer, comme pour se rassurer. Or selon le philosophe, la dernière des choses à faire serait de reprendre à l'identique tout ce que nous faisions avant, "ça serait gâcher cette crise". Le questionnaire (6 questions) est un superbe exercice pour préparer l'après crise sanitaire, en invitant chacun individuellement et en responsabilité, à commencer par se questionner lui-même. Et alors nous pourrons discuter d'un projet commun pour l'Après.

Écouter France Inter - 03/04/2020 => Bruno Latour : "Si on ne profite pas de cette situation incroyable pour changer, c’est gâcher une crise"

 

Cette crise sanitaire, dramatique par bien des aspects, nous oblige à payer de lourds tribus, humains d'abord, mais aussi économiques avec de profondes répercussions sur l'emploi, l'éducation, la culture, les libertés individuelles, le tourisme, les services, etc. Malgré tout, elle représente une occasion unique, un défi à ne surtout pas manquer, pour nous réinventer, penser et anticiper ensemble le monde d'après. Ce défi c'est celui d'une transition globale, politique, économique, sociale et écologique.

Collectif, Marianne, 30/04/2020.

 

Mettre le personnel au cœur du projet #INSA2040 : 

Le risque est grand que la crise sanitaire que nous traversons n’accélère fortement les évolutions en cours dans le monde du travail, sans même que nous puissions prendre le temps d’ouvrir les débats et d’organiser les délibérations pourtant absolument nécessaires...

La reconversion écologique de nos sociétés apparaît donc non seulement comme le seul moyen d’éviter une dégradation inimaginable de nos conditions de vie, mais aussi comme une manière radicale de repenser le travail et l’emploi.

Dominique MEDA, The Conversation, 08/05/2020.

 

Réinventer la formation pour accompagner les changements de société : 

Une troisième voix se fait entendre pour construire une société apprenante qui placerait la collaboration et la culture numérique au centre des apprentissages scolaires. C’est peut-être là que se trouve le rôle clef des jeunes EdTechs : ni contre, ni à côté, mais au sein des écoles, elles-mêmes au cœur de la société, tout au long de la vie d’un individu.
En tout cas, tous les acteurs français tombent d’accord pour réclamer la protection de la souveraineté éducative de l’appétit des GAFAM.

Alice RIOU, The Conversation, 28/04/2020.

 

Incarner l’humanisme scientifique :

Ainsi, les applications se sont multipliées pour remédier aux vulnérabilités de nos corps et de nos sociétés. Malgré ces vulnérabilités, nous devons développer des capacités intellectuelles plus solides pour réfléchir aux – et à travers ces – applications. Car celles-ci ne sont pas des dispositifs neutres qui, une fois utilisés, n'ont pas d'effets durables sur nos modes de vie. Elles changent notre façon de voir, de naviguer et de communiquer dans les espaces sociaux et elles soulèvent des questions sur la politique, les marchés, la justice, l'accès et le pouvoir. Leur nombre et leur importance croissante dans nos vies s'accompagnent d'un besoin accru de réfléchir à leur politique et à leur réglementation… et de prendre le temps nécessaire à cette réflexion.

Cornelius HEIMSTÄDT et Morgan MEYER, Journal du CNRS, 29/04/2020.