INSA LYON

20 avr
20/avr/2020

INSA LYON

Prospective #INSA2040 : le comité d’études prospective a sélectionné pour vous...

À l'heure du confinement imposé par la pandémie actuelle, le Comité d'études prospective #INSA2040 propose une revue de presse sur les impacts de la crise sanitaire en lien avec les enjeux majeurs identifiés pour l’avenir de l’INSA.

Transversal

  • Une réflexion géostratégique sur les règles et limites de la prospective dans le contexte de l’épidémie qui pointe les dangers de la propagande menée par les Etats autoritaires (principalement Russie et Chine) pour bousculer l’ordre mondial (Le Grand Continent).
    « De la prudence aux temps du coronavirus »
     - Nicolas Tenzer, Le Grand Continent, 09/04/2020.
     
  • Nicolas Fieulaine est Maître de conférences en psychologie sociale à l’Université Lyon 2. Ses recherches portent principalement sur les temporalités et visent à comprendre le rapport que les individus et les groupes entretiennent avec le changement, l’impact des contextes sur les expériences et les comportements quotidiens ainsi que le rôle joué par l’action publique et la participation sociale dans les enjeux liés à l’environnement. Dans cet entretien audio, il partage sa vision de la crise liée à l’épidémie de COVID 19.
    Nicolas Fieulaine : « Ce sont les environnements urbains — leur capacité à favoriser ou à empêcher des actions spécifiques — qui constituent le principal levier du changement. » -
     Podcast de l’École Urbaine de Lyon, 09/04/2020.
     

Partager avec l'entreprise des valeurs sociales, environnementales et économiques

  • Croissance verte ou décroissance ? L’économie peut-elle passer d’un modèle dégénératif à un modèle régénératif ? Les taxes peuvent-elles vraiment changer les comportements ? Autant de questions auxquelles Kate Raworth apporte de passionnantes réponses dans son ouvrage La théorie du donut, paru le 15 novembre aux éditions Plon. Nous avons rencontré cette économiste britannique qui dénonce les dogmes qui façonnent nos politiques en se drapant dans une légitimité scientifique que l'on peut remettre en question. Elle propose surtout une nouvelle vision qui replace l’économie au coeur du vivant et tente de remplacer l’obsession du PIB par un indicateur bien plus croustillant - et pertinent : le donut.
    Kate Raworth : « Nous devons briser notre dépendance à la croissance » - Vincent Lucchese, Usbek & Rica 02/12/2018, mis à jour le 20/04/2020.

     

Incarner l’humanisme scientifique

  • Les chercheuses et les chercheurs qui contribuent chaque jour à alimenter notre média en partageant leurs connaissances et leurs analyses éclairées jouent un rôle de premier plan pendant cette période si particulière. En leur compagnie, commençons à penser la vie post-crise, à nous outiller pour interroger les causes et les effets de la pandémie, et préparons-nous à inventer, ensemble, le monde d’après.
    Penser l’après : En quoi Camus est-il indispensable pour nous aider à sortir de la crise ? - Laurent Bibard, The Conversation, 17/04/2020.
     
  • Depuis une vingtaine d’années, une polycrise quasi permanente (sécuritaire, économique et financière, sociale, climatique, migratoire…) accompagne une avalanche de catastrophes humanitaires : globalisation des attentats terroristes, multiplication des naufrages de migrants en Méditerranée, dérèglement climatique, extension des épidémies. Les interactions croissantes dans un monde de plus en plus interdépendant ont un effet d’accélération sur les causes et d’aggravation des conséquences, laissant craindre l’impossibilité des humains à gouverner leur destin. […] Refusons cependant de céder à une peur démobilisante, et supposons passée la crise sanitaire, Quels seront alors nos repères pour l’Après ? Si nous avons l’ambition de transformer la mondialisation sauvage en une « mondialité » apaisée, il nous faudra une boussole commune. Mais où placer le pôle aimanté ?
    Une boussole pour l’Après - Pr Mireille Delmas-Marty, Fondation Collège de France, 01/04/2020.