FORMATION

18 mar
18/mar/2019

FORMATION

Lumière sur un atelier de production unique dans la région

Officiellement baptisée « FIMITECH » depuis le 14 février 2019, la plateforme d’ingénierie du département FIMI ouvre désormais ses portes aux étudiants, personnels et enseignants-chercheurs de l’INSA tous les jeudis après-midi. Au programme, encadrement complet de la conception à la réalisation d’un projet technique, grâce aux dispositifs de production qu’offre cet atelier digne d’une PME industrielle.

Un dispositif exceptionnel
Présente depuis la création de l’école en 1957, la plateforme aujourd’hui nommée
« FIMITECH » permet aux étudiants d’appréhender l’aspect technique du métier d’ingénieur. Damien Jacques, professeur au département FIMI, se réjouit de voir ce dispositif ouvert à l’ensemble de la communauté INSA.

« Il s’agit d’encadrer pour répondre au mieux aux besoins, et je dois avouer que c’est presque un hobby pour moi de contribuer aux projets, lance Aurélien Chazottes-Leconte, ATER1 encadrant. Nous sommes chanceux d’avoir une telle infrastructure sur le campus. C’est plutôt rare pour les étudiants d’avoir accès à des machines aussi pointues et variées à ce stade de leur formation. »

Usinage, construction métallique, découpe laser, fabrication additive, mécatronique : un potentiel technique mis à disposition de tous chaque jeudi après-midi, et encadré par une vingtaine d'experts.

« Dans le cadre de mon PST2, je devais trouver une solution de thermo-soudage pour la fabrication d’un prototype de robot. Je suis venue ici demander conseil et faire des tests in vivo », explique Louise Perrin en 3e année de Génie Mécanique. 

S’organiser pour répondre à la demande 
Si la plupart des étudiants connaissent la plateforme de réputation ou après leur passage au département FIMI ou la connaissent, c’est tout naturellement qu’ils reviennent mettre en œuvre leurs idées. Associations, projets pédagogiques ou projets personnels, tous avaient fait savoir leur désir d’accéder à ces outils.
Cela dit, les demandes de concrétisation des projets sont soumises à certaines règles.

« Nous ne voulons pas transformer FIMITECH en atelier de bricolage, explique Damien Jacques. Lorsque les étudiants, personnels ou enseignants-chercheurs souhaitent bénéficier des machines, une démarche réflexive doit déjà être engagée. »

L’ouverture de la plateforme au-delà des enseignements de FIMI, lui offre une seconde vie tout en participant à l’évolution et au maintien du parc machines.

« Nous sommes très heureux de pouvoir accueillir les étudiants et de les conseiller sur leurs projets. Grâce à l’officialisation de l’ouverture de FIMITECH, nous pouvons proposer un accompagnement depuis la conception jusqu’à la réalisation d’un objet technique et cela sous la forme d’un véritable atelier pédagogique », ajoute Damien Jacques.

De l’importance de la pratique dans la formation INSA
Dans un monde où le virtuel prend le pas sur le substantiel, les jeunes générations manquent parfois de contact avec la matière. À l’INSA Lyon, où l’on s’attache à conserver les enseignements pratiques, beaucoup de jeunes en reviennent à construire eux-mêmes.

« Les jeunes ont de moins en moins le tournevis en main et quand ils découvrent qu’ils ont les capacités de fabriquer par eux-mêmes, cela leur fait le plus grand bien », ajoute Damien Jacques.

Mouvement « low-tech » ou génération « do it yourself », la dynamique est donc depuis quelques années au « self-making », annonçant de belles années de vie à FIMITECH, qui souhaiterait ouvrir ses compétences et machines au-delà de la communauté INSA en devenant un lieu de travail ouvert et collaboratif.


 1Attaché Temporaire d’Enseignement et de Recherche
 2Projet Scientifique et Technique