FORMATION

31 jan
31/jan/2017

FORMATION

Julien Pinay reçoit le prix d'excellence de l'UFA

Julien Pinay, ingénieur diplômé de l’INSA Lyon, a été récompensé par l’Université Franco-Allemande (UFA) pour ses résultats particulièrement brillants au sein du cursus binational « Génie mécanique », appelé Karlinsa pour les initiés. Le prix est doté de 1 500 euros, financé avec l’aimable soutien du Hauptverband der Deutschen Bauindustrie. Interview.


Les lauréats, les partenaires économiques et institutionnels, ainsi que Monsieur Jean-Claude Tribolet, Ministre conseiller à l’Ambassade de France en Allemagne, et la Présidente de l’UFA, Madame Patricia Oster-Stierle.

Pouvez-vous raconter en quelques lignes votre parcours avec l’INSA Lyon ?
Je suis arrivé à l'INSA Lyon en première année Musique-Etudes en septembre 2010. Après 2 années au Premier Cycle, j'ai intégré le département Génie Mécanique Développement et cherché une destination à l'étranger pour ma quatrième année. J'hésitais entre une année Erasmus en Allemagne ou dans un pays scandinave, et le double-diplôme Karlinsa. Il se trouve qu'à l'époque, le directeur de la section Musique-Etudes, Arnaud Sandel, chapeautait également le cursus Karlinsa donc j'ai été assez rapidement convaincu de faire ce double-diplôme. J'ai intégré ce double-cursus en fin de 3e année et suis parti au deuxième semestre de 4e année pour 2 ans en Allemagne pour finir mes études au KIT (université de Karlsruhe).

Quels sont pour vous les atouts de ce double-cursus ?
Outre les avantages évidents à l'embauche qu'apporte ce double-diplôme, le fait de vivre et d'étudier 2 ans en Allemagne apporte un enrichissement personnel et une ouverture d'esprit encore plus prononcés que ce que l'on peut vivre à l'INSA. J'ai pu choisir dans un catalogue de 1000 pages des matières allant de la médecine pour l'ingénieur à la micro-ingénierie en passant par le nucléaire et la mécanique des fluides. J'ai choisi de me spécifier dans le domaine du confort et de l'acoustique automobile. Entre une possibilité quasi-infinie de choix de matières, des semaines avec 15h de cours (à présence non-obligatoire) et des examens oraux, le système allemand est très différent du nôtre et bien plus responsabilisant. Je ne peux que conseiller ce type de cursus car l'INSA apportant une base scientifique extrêmement solide, les deux systèmes universitaires se combinent très bien. Les seules choses qui m'ont manqué en Allemagne sont la section Musique-Etudes et le tissu associatif insalien qui m'ont énormément apporté pendant ces quelques années lyonnaises.

Sur quoi porte votre travail de thèse ?
La traduction française de ma Masterarbeit (équivalent allemand du Projet de Fin d’Etudes) serait "Développement d’un modèle utilisant l’apprentissage automatique permettant de reconnaître différents re-vêtements et textures de route à partir de mesures acoustiques entre la jante et le pneu". En anglais "Development of an exploitation model using machine learning to identify different road surfaces from acoustical measurements in the tire cavity".

Quels sont vos projets ?
J'ai commencé à travailler après mes études au KIT en tant que doctorant. Le domaine du franco-allemand n'est pas bien loin puisque la thèse est en partenariat avec l'entreprise Michelin. Le but de ce projet est de réduire le bruit de contact pneu-chaussée.

 

Encart photo (de gauche à droite) : Madame Susanne Müller du Hauptverband der Deutschen Bauindustrie, Monsieur Julien Pinay et Madame Patricia Oster-Stierle, Présidente de l’UFA.