Institutionnel

21 Jun
21/Jun/2018

Institutionnel

La Prospective à l’INSA Lyon : décollage réussi pour l’horizon 2040

Le vendredi 8 juin dernier, les salles de cours du premier cycle ont accueilli le séminaire qui a marqué le lancement de la démarche de prospective stratégique INSA Lyon 2040. Quels sont les futurs possibles pour l’établissement ? Quels futurs choisis veut-on faire advenir ?

L’année anniversaire qui a marqué les 60 ans de l’INSA Lyon a apporté des éléments de compréhension du passé et permis de réaffirmer les valeurs et l’identité de l’école. Dans cette continuité et selon la méthodologie de son fondateur, Gaston Berger, l’INSA Lyon souhaite « retrouver l’esprit pionnier » en invitant ses acteurs à envisager l’avenir. 
Focus sur une démarche collective et inédite dans l’enseignement supérieur.

Éclairer le présent grâce aux futurs

Ni « divination », ni concept fantaisiste, la méthode prospective propose d’observer le présent à la lumière des futurs possibles et souhaitables. C’est une démarche exploratoire qui interroge l’école autour de cinq grandes questions : « que peut-il advenir ? », « qui sommes-nous ? », « que pouvons-nous faire ? », « que voulons-nous faire ? » et « comment le faire ? ». Pour tenter de répondre aux préoccupations face à son avenir, l’INSA Lyon s’appuie sur la démarche de Gaston Berger, dont le travail s’était inscrit dans une dynamique avant-gardiste pour son époque. Allier la compréhension et l’action, telle est l’ambition de cette initiative.

« J’ai été ravie de participer à ce séminaire et j’ai beaucoup aimé l’ambiance qui s’en est dégagée ! Le travail en groupe était stimulant et j’ai tout de suite eu envie de m’impliquer dans cette initiative. Je me suis d’ailleurs prêtée au rôle de « reportrice » lors des séances plénières de la matinée et c’était un exercice très agréable d’échanger les différents points de vue de chacun des groupes. Ce fut également l’occasion de rencontrer des collègues que je ne connaissais pas et de nouer des contacts de tous horizons. En tant qu’ancienne étudiante INSA, j’ai trouvé la démarche prospective excellente et je suis impatiente de connaître les fruits de cette réflexion globale. » confie Sorina Pop, ingénieur INSA 2007 et ingénieur de recherche au laboratoire CREATIS.

La Prospective considère l’avenir en trois grands « domaines » : 
-    L’avenir, domaine de liberté : le futur n’est pas déterminé et n’est pas une fatalité mais une chance, constitué d’un ensemble des futurs possibles et imaginables 
-    L’avenir, domaine de volonté : il est le fruit de l’action ; il faut pour cela étudier les futurs possibles et agir pour advenir le futur choisi
-    L’avenir, domaine de responsabilité : face à un avenir ouvert, choisir son avenir est une obligation qui relève d’une responsabilité collective

Pour appliquer cette méthode à son environnement propre, l’INSA Lyon suivra quatre grandes étapes : la mobilisation, l’anticipation, l’appropriation et la décision. Un premier séminaire, organisé le vendredi 8 juin, a permis à 80 personnels de l’INSA Lyon de travailler en ateliers doublés de séances plénières, sur la collecte et l’analyse d’idées reçues concernant l’enseignement supérieur et l’INSA Lyon, l’identification de facteurs de changement et des représentations passé, présente, futur, souhaitée et redoutée de l’INSA Lyon. Le même travail sera réalisé dans le cadre de prochains ateliers avec d’autres parties prenantes de l’école (élèves, alumni, membre du Conseil d’Administration, entreprises, partenaires académiques, institutionnels, responsables politiques, représentants du monde associatif…). À la suite de ces ateliers de lancement, un Groupe Prospective, comprenant des personnels INSA Lyon et des externes, sera constitué pour accompagner la réflexion prospective de l’INSA Lyon pendant toute la durée de la démarche. L’école lancera un appel à candidature en interne dans les prochains jours pour recruter les membres de ce groupe.

Une démarche par essence, collective

« Imaginer et préparer l’avenir, ensemble » : la Prospective est destinée à valoriser les collectifs humains. L’implication active et volontaire est une condition indispensable à l’efficacité de l’approche, car l’anticipation ne peut se transformer en action qu’avec l’appropriation des acteurs concernés. En cherchant à développer l’intelligence collective, en écoutant ses collaborateurs et en ouvrant la diversité des points de vues, l’INSA Lyon aspire à décloisonner les schémas de fonctionnement pour devenir une institution plus agile. 

« J’ai trouvé très constructif de travailler de façon collective avec des équipes internes à l’INSA Lyon car cela créé une vraie proximité entre les gens et les entités. Nous pouvions nous exprimer librement et nous étions tous très impliqués dans la démarche réflexive. J’avais déjà assisté à un événement de présentation de la Prospective, et ces ateliers m’ont permis de comprendre les bénéfices de cette initiative en m’exprimant sur des sujets vraiment pertinents. L’encadrement par des animateurs internes à l’INSA et par Philippe Durance, spécialiste de la méthode Prospective nous ont permis d’aborder des questions intéressantes pour la suite du travail, même si j’aurais souhaité pousser la réflexion un peu plus loin malgré le temps imparti. Je ne peux qu’encourager toutes les parties prenantes de l’INSA Lyon à participer à cette démarche prospective ! » a déclaré Julien Serral, directeur adjoint de la direction du patrimoine.


L’INSA Lyon, pionnier de l’enseignement supérieur à se lancer dans la démarche Prospective

Fidèle à sa forte capacité d’adaptation à un monde changeant et à son esprit d’initiative, l’INSA Lyon s’est lancé le défi de la démarche, inédite en France et ambitieuse pour une institution aussi importante que l’INSA Lyon. L’attitude prospective exige une profonde analyse de son identité et de son environnement, une vision large pour s’extraire des forces du présent et replacer l’humain au centre des décisions.
Si de nombreuses entreprises et chefs d’Etat se sont auparavant engagés dans une démarche prospective, aucun établissement de l’enseignement supérieur français n’avait entrepris, jusqu’à présent, cette réflexion stratégique pour son devenir sur la base de cette méthodologie.