Évènements

30 May
30/05/2022 14:00

Sciences & Société

Soutenance de thèse : Maxime BRANDELY

Comportement des éléments traces métalliques dans des terres excavées entreposées en Installation de Stockage de Déchets Inertes : caractérisation du terme source et évaluation de la pérennité d’un traitement par stabilisation chimique

Doctorant : Maxime BRANDELY

Laboratoire INSA : DEEP
Ecole doctorale : ED206 Chimie de Lyon

Selon le code de l’environnement, les terres excavées acquièrent le statut de déchets dès lors qu’elles quittent leur site d’origine. À ce titre, leur évacuation en Installation de Stockage de Déchets est liée à leur potentiel de relargage vis-à-vis de plusieurs paramètres chimiques. Dans le cadre du Grand Paris Express (GPE), des enrichissements naturels en certains Eléments Traces Métalliques (ETM) comme le Molybdène (Mo) ou le Sélénium (Se) ont été constatés dans différentes formations géologiques. Dans cette thèse, la mise en œuvre d’un traitement par stabilisation chimique pour diminuer les fortes mobilités associées est envisagée afin d’obtenir le reclassement en Installations de Stockage de Déchets Inertes de terres excavées naturelles initialement non inertes. La validation d’une telle solution passe par (i) une caractérisation des terres excavées brutes, (ii) la sélection d’un stabilisant et (iii) l’identification des mécanismes d’immobilisation et l’obtention de garantie sur leur efficacité à long-terme.
Différentes terres excavées, brutes et stabilisées par ajout de fer zéro valent (Fe0), ont été soumises à des lixiviations avec dépendance au pH et à des protocoles de vieillissement accélérés. Les données expérimentales ont été exploitées par modélisation géochimique (Phreeq-c) et hydrodispersive respectivement. Ce type de méthodologie, jamais appliquée à des terres naturelles présentant de faibles niveaux de contamination en ETM, a permis de définir la distribution du Mo et du Se au sein des matériaux et d’expliquer les changements de réactivité liés à l’ajout de Fe0. Notre travail a permis de faire de la stabilisation chimique une solution crédible pour le traitement de terres naturelles en vue du désengorgement des filières d’évacuation. Il parait toutefois difficile de s’affranchir d’une étude de cas (souvent longue et coûteuse) tant l’efficacité de la stabilisation dépend de nombreux facteurs.