Research

18 Nov
18/Nov/2020

Research

Robotique chirurgicale : Bertin Nahum œuvre pour sauver des vies

Bertin Nahum aura une révélation au cours de sa formation à l’INSA Lyon : il sauvera des vies. Depuis, il transforme ses rêves en objectifs et s’apprête à lancer sur le marché Epione®, un robot capable d’assister les chirurgiens dans le traitement du cancer du foie. Parcours d’un homme qui a révolutionné la chirurgie grâce à la robotique.
 
Ingénieur diplômé de l’INSA en 1994, vous aviez choisi le département Génie Électrique. Comment en êtes-vous venu à poursuivre la voie de la robotique chirurgicale ?
C’est à la fin de mon cursus à l’INSA Lyon, lors d’un projet de fin d’études en collaboration avec l’hôpital de neuro-cardiologique, que l’immersion dans le milieu médical a été une révélation. Nous devions développer un logiciel d’intelligence artificielle pour faire le diagnostic automatique de lésions crâniennes. Jusque-là, mes choix se faisaient plutôt par défaut. Dès lors, pouvoir contribuer à soigner les gens a donné du sens à mon diplôme d’ingénieur en génie électrique et électronique. Et j’ai voulu consacrer mes compétences et mes connaissances aux technologies dédiées à la santé.
 
Vous être réputé comme étant l’un des entrepreneurs high-techs les plus innovants au monde. Quel regard portez-vous sur votre parcours ?
J’éprouve à la fois de la satisfaction et une certaine fierté concernant mon parcours professionnel.
Mon leitmotiv depuis des années est la volonté de révolutionner la chirurgie en misant sur la robotique.
Grâce à ma force de conviction, j’ai réussi à créer une première entreprise Medtech S.A en 2002 et développer ainsi Brigit, un robot destiné à la chirurgie orthopédique, puis Rosa, un robot dédié aux opérations du cerveau et de la colonne vertébrale. 
En 2013, j’ai fait l’introduction en bourse de cette société puis je l’ai accompagnée dans son rachat en 2016 au prix de 165 millions d’euros par le groupe américain Zimmer Biomet Robotics, leader mondial des implants orthopédiques.
En 2017, je réussis à convaincre certains collaborateurs de co-fonder Quantum Surgical et de se lancer dans une nouvelle aventure à mes côtés. 
Je pense que ma détermination est un élément essentiel concernant mon parcours. C’est cette confiance en mes projets et cette détermination qui m’amènent la réussite, et surtout m’aident à surmonter les échecs, inévitables, de la vie d’entrepreneur.
 
Vous venez de terminer les essais cliniques d’un robot chirurgical dédié au traitement du cancer du foie. Pourquoi cette spécialisation ?
Mon équipe et moi-même nous sommes orientés vers le cancer du foie car c’est le 6e cancer le plus répandu dans le monde, et le 2e en termes de mortalité.
Cette pathologie touche 840 000 nouveaux patients chaque année dans le monde dont 8 000 en France. De plus, les métastases hépatiques concernent trois fois plus de patients (2,4 millions de nouveaux patients chaque année à travers le monde).
Fort de ce constat, nous avons décidé de créer notre robot Epione® permettant ainsi d'assister les praticiens dans leurs gestes, de réduit l'impact des opérations, les risques d'infection et les durées d'hospitalisation.
 
En ces temps confinés où il est parfois difficile de rester optimiste, quel message pourriez-vous faire passer ?
Je pense que cette crise nous permet de nous réinventer. Il est important de continuer de croire en son projet et ne pas s’arrêter. 

Copyright photo : Quantum Surgical