formation

Génie Energétique et Environnement

66 élèves-ingénieurs diplômés par an

Retrouvez toutes les informations sur gen.insa-lyon.fr

Le département Génie Energétique et Environnement (GEn) de l’INSA Lyon forme des ingénieurs polyvalents dans les secteurs de l’énergie et de l’environnement. Il diplôme 66 ingénieurs par an qui se placent majoritairement dans les secteurs de la production et de la distribution de l’énergie, de l’énergétique du bâtiment et des transports, des procédés et de l’environnement.
Le département GEn s’appuie sur :

  • l’association des élèves du département GEn de l’INSA Lyon, l’AGEnIL, qui organise la vie étudiante dans le département et les évènements en lien avec le monde professionnel (forum, entretiens blancs, salon Pollutec, rencontre avec les anciens, …),
  • un réseau d’anciens diplômés qui participent à l’évolution de la formation et transmettent régulièrement des offres de stage et d’emploi,
  • deux laboratoires de recherche, le Centre de Thermique et d’Energétique de Lyon (CETHIL) et le laboratoire Déchets, Eau, Environnement et Pollution (DEEP) qui forment des docteurs en énergétique et environnement.

Enseignements

La formation se déroule en trois ans. Au cours de la première année, l’étudiant acquiert les fondamentaux du génie énergétique, du génie des procédés et de l’environnement :

  • thermodynamique, mécanique des fluides, transferts de chaleur et de masse,
  • enjeux et concepts de l’environnement, traitement des effluents gazeux, liquides et des déchets,
  • commande des procédés, statistiques, mesures physiques, outils mathématiques et numériques.

Progressivement, ces bases sont mises en application au cours de la seconde année afin de permettre au futur ingénieur :

  • de concevoir, dimensionner, optimiser et gérer des systèmes énergétiques dans des contextes complexes et variés (ville, industrie, transport) et des installations de génie des procédés,
  • de proposer des méthodes de gestion et de traitement des effluents et des déchets en prenant en compte les aspects environnementaux, performantiels et réglementaires.

Durant la dernière année de la formation, les enjeux énergétiques et environnementaux actuels sont abordés de manière large (ressources et disponibilité, aspects technologiques et économiques, optimisation, réseaux, réglementation, impact sur le changement climatique, …) par des professionnels des différents secteurs, permettant à l’ingénieur GEn de proposer et mettre en œuvre des solutions énergétiques efficaces, sobres et économiquement viables, minimisant les impacts environnementaux. Lors de cette dernière année, un enseignement optionnel d’environ deux cents heures offre à l’étudiant-ingénieur une spécialisation en lien avec son projet professionnel.

Les enseignements du département s’appuient sur des TP réalisés sur plus de 50 bancs d’essais répartis sur 5 plateformes : commande, énergétique, machines électriques, moteurs thermiques, génie des procédés et environnement.
Tout au long de la formation, le travail en équipe et la gestion de projet sont mis en œuvre à travers trois projets multidisciplinaires. Au cours de la première année, la responsabilité sociétale de l’ingénieur est abordée sous la forme de l’élaboration d’une politique publique environnementale argumentée que des équipes d’une dizaine d’étudiants doivent concevoir sur un sujet de leur choix. La seconde année de la formation aborde la thématique de l’innovation à travers un projet collectif ayant pour objet une innovation technique dans le domaine de l’énergie. En dernière année, les élèves ingénieurs doivent concevoir la stratégie énergétique d’un territoire, dans une démarche d'écologie industrielle et territoriale optimisant la gestion des ressources en matières premières et en énergie. Ce projet a lieu sur un territoire réel, en association avec des partenaires industriels et des collectivités locales.

La formation met l’accent sur les compétences rédactionnelles et de communication orale de l’ingénieur. Un travail de fond sur les travaux écrits produits par l’étudiant au cours de sa scolarité (travaux pratiques, projets, stages) est mené par l’équipe pédagogique pour lui permettre de rédiger des rapports clairs, pédagogiques et synthétiques, étayés par une bibliographie pertinente et correctement référencée en langues française et anglaise. Un travail similaire est mené sur la communication orale.

Stages industriel et d’initiation à la recherche et au développement

L’ingénieur GEn effectue deux stages longs (de 20 semaines minimum chacun) pendant sa scolarité :

  • Le premier, d’avril à septembre de la quatrième année, est un stage d’initiation à la recherche et au développement effectué dans un laboratoire de recherche universitaire, souvent de renommée internationale et généralement à l’étranger (voir l’onglet international). Cette étape de la formation, par la recherche, a pour but de valider la capacité de l’élève-ingénieur de se confronter à une problématique scientifique nouvelle, en dehors du cadre scolaire, en mettant en œuvre ses compétences scientifiques et techniques et en étant capable de restituer son travail à l’écrit comme à l’oral, en langue anglaise.
  • Ce stage suscite parfois des vocations pour une poursuite d’études en thèse. Ainsi, environ 10% des ingénieurs GEn effectuent une thèse de doctorat, soit en France, soit à l’étranger. Par exemple, des diplômés du département sont actuellement en thèse aux USA - à Berkeley et au MIT - mais aussi en France à l’INSA de Lyon !
  • Le second stage, en entreprise, est situé en fin de scolarité et permet à l’élève-ingénieur d’acquérir une première expérience en lien avec son projet professionnel. Environ un stage sur deux est suivi d’une première embauche.


Option FIE

La  Filière Ingénieur-Entreprendre vise à former des Ingénieurs à Entreprendre (FIE), sur le support d’un projet vivant, qui fait appréhender et assumer les risques propres à l’entreprise. Il s'agit d'une option de six mois, de février à septembre, de la dernière année du cycle ingénieur. Elle remplace le Projet ou le Stage de Fin d’Etude. En savoir plus : Cultiver l'esprit d'entreprendre

Échanges internationaux

Une politique d’échanges internationaux est mise en place afin d’encourager les étudiants à effectuer une partie de leur cursus à l’étranger. Ainsi, plus de 90% des étudiants de Génie Energétique et Environnement effectuent un séjour long à l’étranger : (1/3 en échange académique et 2/3 en stage) :

  • Pour les échanges académiques, le département bénéficie des nombreuses conventions établies par l’INSA de Lyon qui couvrent l’ensemble des cinq continents.
  • Les principales destinations du stage d’initiation à la recherche et au développement sont : les USA, l’Australie et la Nouvelle Zélande, le Canada, l’Irlande et le Royaume-Uni. En plus d’une découverte du milieu de la recherche, ce stage permet à l’élève ingénieur de maîtriser la communication scientifique à l’oral ou à l’écrit en langue étrangère, le plus souvent en anglais.

Le profil des ingénieurs GEn est très varié, ce qui s’explique par un spectre de compétences large dans les domaines de l’énergie et de l’environnement, mais également par une diversité des sensibilités propres à chacun des étudiants.

Si 75 à 80 % des nouveaux diplômés commencent à travailler dès l’obtention de leur diplôme, d’autres souhaitent acquérir des compétences supplémentaires. Ainsi, certains d’entre eux poursuivent leur formation scientifique en doctorat et contribuent à développer des connaissances nouvelles sur un sujet fondamental ou au contraire plus appliqué (voir onglet stages). D’autres complètent leur formation par un mastère spécialisé d’une école de commerce (HEC, ESSEC, EM, …) en management, finance, marketing, … ou par une formation courte ciblée sur un secteur particulier de l’énergie ou de l’environnement (nucléaire, pétrole, gaz, bois, management de l’environnement, …).

L’ingénieur GEn se place majoritairement dans les secteurs de la production et de la distribution de l’énergie (~30 %), de l’énergétique du bâtiment et des transports (~30 %), des procédés et de l’environnement (~30 %). Il travaille de manière équilibrée dans les grands groupes et les PME/PMI, mais également dans les collectivités locales, les services et agences de l’état (ADEME, DREAL, …), les universités et les centres de recherche (CEA, CNRS, CSTB, …), et dans le secteur associatif ou humanitaire (HESPUL, RONGEAD, …).

Ses fonctions au sein de l’entreprise sont variées (bureau d’étude, recherche et développement, exploitation, production, ingénieur d’affaires, commercial, formation, …), et ont une composante technique importante, surtout en début de carrière.

Entreprises concernées :

Les entreprises ou leurs filiales qui embauchent des ingénieurs GEn sont nombreuses et ont généralement un lien fort avec les spécialités du département :
AIR LIQUIDE, ALDES, ALFA LAVAL, ALSTOM, ALTEN, APAVE, AREVA, ARTELIA, ASSYSTEM, ATLANTIC, AXIMA, BOUYGUES, CABINET MERLIN, CARRIER, CDC, CETIAT, CNR, COFATHEC, COFELY, DALKIA, DEGREMONT, DEWI, EDF, EGIS, EIFFAGE, ENGIE, EODD, EOLYS, EON, ETAMINE, FRANCE AIR, GE, GIRUS, GRDF, H3C ENERGIES, ILIADE, ITHERM, LYONNAISE DES EAUX, NEPSEN, RENAULT, RTE, SAFEGE, SARP, SCHNEIDER, SETEC, SNCF, SUEZ ENVIRONNEMENT, TECHNIP, TOTAL, TRIBU, VINCI, VEOLIA, …
 

Frédéric Lefèvre

Directeur du Département GEN
frederic.lefevre@insa-lyon.fr

Département Génie Energétique et Environnement


+33 (0)4 72 43 82 00
+33 (0)4 72 43 85 14
gen-s@insa-lyon.fr