Évènements

13 avr
13/04/2017 14:00

RECHERCHE

Soutenance de thèse : Salma OUALI

Contribution à l’évaluation du comportement des revêtements silicones acrylates photoréticulés en fin de vie. Influence du système de photoamorçage sur la dégradation bio- physico-chimique

Doctorante : Salma OUALI

Laboratoire INSA : Déchets, Eaux, Environnement, Pollutions (DEEP)
Ecole doctorale : ED 206 : Chimie de Lyon

Les silicones acrylates photoréticulés sont largement utilisés dans les revêtements de divers matériaux. Leur production nécessite l’utilisation de photoamorceur considéré comme potentiellement reprotoxique, ce qui impose aux producteurs de revêtements silicones d’imaginer des formulations alternatives. L’augmentation de la consommation de ce type de revêtements amène à s’interroger sur leur devenir au cours et en fin de vie dans les filières de traitement des déchets et sur l’influence du changement de photoamorceur sur le comportement environnemental des revêtements. Ce domaine de recherche demande la mise en place d’une méthodologie spécifique, alliant des expériences de dégradation physico-chimiques et biologiques. Deux types de revêtements, photoréticulé par deux photoamorceurs différents : le Darocur-1173 et Darocur-1173 modifié (nouveau photoamorceur) font l’objet de cette étude.

L’exposition des revêtements silicones aux UV a montré que ces composés sont facilement dégradables et sensibles au photovieillissement. L’enduction silicone augmente, elle, la photo-sensibilité des films revêtus.

Dans un contexte de fin de vie, les essais réalisés sur la matrice silicone ont permis de mettre en évidence une légère hydrolyse chimique des chaines siloxanes, non biodégradables aussi bien en aérobiose qu’en anaérobiose mais dont la présence n’inhibe pas l’activité microbienne.

Les photoamorceurs testés présentent des comportements totalement différents face à la lixiviation et à la dégradation biologique : ainsi, le Darocur-1173 est très mobile en phase aqueuse, facilement assimilable par les microorganismes comme source primaire de carbone en conditions aérobies contrairement au Darocur-1173 modifié. Qu’il y ait eu biodégradation ou non, la structure de la communauté microbienne est influencée différemment suivant le photoamorceur utilisé. L’utilisation du Darocur-1173 modifié permet de diminuer le risque de migration et sa toxicité potentielle dans les revêtements silicones. La démarche mise en œuvre apporte de nombreuses informations quant aux impacts environnementaux et pourra servir d’exemple pour l’étude d’autres déchets silicones.