Évènements

15 nov
15/11/2018 09:15

Sciences & Société

Soutenance de thèse : Morgane MOKHTARI

FeCr composites: from metal/metal to metal/polymer via micro/nano metallic foam, exploitation of liquid metal dealloying process

Soutenance d'une thèse de doctorat de l’Université de Lyon
en cotutelle internationale entre Tohoku University (Tohoku, Japon) et l’INSA Lyon​

Doctorant : Morgane MOKHTARI

Laboratoire INSA : MATEIS
Ecole doctorale : ED34 Matériaux de Lyon

Les métaux micro ou nanoporeux sont très attrayants notamment pour leur grande surface spécifique. Le désalliage dans un bain de métal liquide permet une dissolution sélective d'une espèce chimique (l'élément soluble) à partir d'un alliage d'origine (le précurseur) composé de l'élément soluble et d'un élément cible (qui deviendra nano/micro poreux) non soluble dans le bain de métal liquide. Quand le précurseur est plongé dans le bain de métal liquide, à son contact, l'élément soluble va se dissoudre dans le bain tandis que l'élément cible va en parallèle se réorganiser spontanément afin de former une structure poreuse. Quand l'échantillon est retiré du bain, il est sous la forme d'une structure bi-continue composée de deux phases : l'une étant la structure poreuse composée de l'élément cible et l'autre est une phase sacrificielle dans laquelle est présente l'élément du bain avec l'élément sacrificiel en solution solide. Cette phase sacrificielle est dissoute par une attaque chimique afin d’obtenir le métal nano/micro poreux. Les objectifs principaux de cette thèse sont l'élaboration et la caractérisation microstructurale et mécanique de 3 différents types de matériaux par désalliage dans un bain de métal liquide : des composites métal-métal (FeCr-Mg), des métaux poreux (FeCr) et des composites métal-polymer (FeCr-matrice époxy). Le dernier objectif est l'évaluation des possibilités d'utiliser la technique de désalliage dans un bain de métal liquide dans un contexte industriel.L'étude de la microstructure est basée sur des observations 3D faites par tomographie aux rayons X et des analyses 2D réalisées en microscopie électronique (SEM, EDX, EBSD). Pour mieux comprendre le désalliage, le procédé a été suivi in situ en tomographie aux rayons X et diffraction. Enfin, les propriétés mécaniques ont été évaluées par nanoindentation et compression.

 

Informations complémentaires

  • Amphithéâtre Clémence-Augustine Royer, Bâtiment Jacqueline Ferrand (Villeurbanne)