Évènements

09 juil
09/07/2018 14:00

Sciences & Société

Soutenance de thèse : Maroun ABI ASSAF

Un cadre d'intégration pour les processus centrés artéfacts pour l'Internet des objets

Doctorant : Maroun ABI ASSAF

Laboratoire INSA : LIRIS
Ecole doctorale : EDA512 : InfoMaths

La démocratisation des objets communicants fixes ou mobiles pose de nombreux défis concernant leurs intégrations dans des processus métiers afin de développer des services intelligents. Dans le contexte de l’Internet des objets, les objets connectés sont des entités hétérogènes et dynamiques qui englobent des fonctionnalités et propriétés cyber-physiques et interagissant via différents protocoles de communication. Pour pallier les défis d’interopérabilité et d’intégration, il nous semble fondamental de disposer d’une vue unifiée et logique des différents objets connectés afin de définir un ensemble de langages, outils et architectures permettant leurs intégrations et manipulations à grande échelle.
L'artéfact métier qui a récemment émergé comme un modèle d’objet (métier) autonome encapsule des données, un ensemble de services, et un cycle de vie à base d’états. Le cycle de vie décrit le comportement de l’objet et son évolution à travers ses différents états pour atteindre son objectif métier. La modélisation des objets connectés sous forme d’artéfact métier étendu contribue à un nouveau paradigme pour exprimer aisément des processus d’intégration d’objets connectés dirigés par leurs données. Face aux changements contextuels et à la réutilisation des objets connectés dans différentes applications, les processus dirigés par les données, (ou artéfacts au sens large) demeurent relativement inchangés puisque les structures des données sont stables. Or, les processus centrés sur les services requièrent souvent des changements dans leurs flux d'exécution. Cette thèse propose un cadre d'intégration de processus centré sur les artéfacts et leur application aux objets connectés. Pour cela, nous avons construit une vue logique et unifiée d’un artéfact “global” permettant de spécifier, définir et interroger un très grand nombre d'artéfacts distribués, dotés de fonctionnalités similaires (maisons intelligents ou voitures connectés, …). Ce cadre comprend une méthode de modélisation conceptuelle des processus centrés artéfacts, des algorithmes de mappage inter-artéfacts et une algèbre de définition et de manipulation d’artéfacts. Un langage déclaratif, appelé AQL (Artifact Query Language) permettant en particulier d’interroger des flux continus d’artéfacts a également été construit. AQL s'appuie sur une syntaxe de type SQL pour réduire les efforts d'apprentissage.  Nous avons également développé un prototype pour valider nos contributions et mener des expériences dans le contexte de l’Internet des objets.

Informations complémentaires

  • Salle de réunion du LIRIS - Bâtiment Blaise Pascal - avenue Jean Capelle, Villeurbanne.