Évènements

27 nov
27/11/2018 10:00

Sciences & Société

Soutenance de thèse : Gwenaëlle MEYRUEY

Caractérisation et modélisation du vieillissement thermique d'un composite à base d'alliage d'Aluminium

Doctorante : Gwenaëlle MEYRUEY

Laboratoire INSA : MATEIS
Ecole doctorale : ED34 : Matériaux de Lyon

Les composites à matrice métalliques (CMM) ont été développés dans les années 60 pour les besoins de l’industrie aérospatiale en recherche de matériaux légers mais résistants aux températures élevées de l’atmosphère, rigide mais avec un coefficient de dilatation thermique faible. Pour cela, les alliages d’Aluminium à durcissement structural sont souvent choisis comme matrice et l’utilisation des particules céramiques comme renfort est une alternative courante permettant d’atteindre des propriétés de résistance bien plus élevées, tout en conservant la légèreté de l’alliage, et pour un coût faible. Cependant, l’utilisation industrielle d’alliages d’Aluminium à durcissement structural nécessite une bonne connaissance des transformations microstructurales ayant lieu lorsqu’ils sont soumis à certaines conditions de température puisque des phénomènes de précipitation ont lieu et impactent les propriétés de résistance mécanique du matériau. De plus, la présence de renforts céramiques, par leur très grande différence de propriétés mécaniques et thermiques, induit des modifications microstructurales majeures et notamment lors des phénomènes de précipitation de la matrice.
Ainsi, ces travaux de thèse portent sur un alliage d’Aluminium à durcissement structural de la série 6xxx qui, durant son utilisation, peut être confronté à des températures comprises entre 100°C et 350°C, et ayant une séquence de précipitation complexifiée par la présence de Silicium en excès et de particules de renfort céramiques. Les objectifs visés par ces travaux sont alors :
1) De décrire l’évolution microstructurale de l’alliage d’AlMgSi à excès de Silicium étudié, non- renforcé et en présence de particules céramiques, ainsi que l’évolution de la résistance mécanique à partir d’un état T6 (durcit au pic) lors d’une période de stockage à des températures comprises entre 100°C et 350°C,
2) Et de prédire ces évolutions microstructurales et les propriétés mécaniques qui en découlent par des modèles à base physiques.

Informations complémentaires

  • Amphithéâtre du CNRS (Villeurbanne)