Évènements

12 fév
12/02/2019 14:00

Sciences & Société

Soutenance de thèse : Ainhoa MATE MARIN

Approche systémique pour évaluer la capacité du DSM-flux à protéger les milieux aquatiques – quantification des flux d'eau rejetés par les déversoirs d’orage et interception des polluants particulaires

Systemic approach to assess the DSM-flux capacity to mitigate impacts on the receiving waters. Quantification of overflow rates and interception of particulate pollutants from combined sewer overflows

Doctorante : Ainhoa MATE MARIN

Laboratoire INSA :  DEEP
Ecole doctorale :  ED162 MEGA

Au cours des dix dernières années, les gouvernements de l'Union Européenne ont été encouragés à collecter des données sur le volume et la qualité de tous les effluents d'eaux urbaines ayant un impact environnemental significatif sur les milieux aquatiques récepteurs. Les méthodes de surveillance de ces flux nécessitent des améliorations, en particulier pour les déversoirs d’orage, structures complexes responsables en grande partie de la dégradation de la qualité des milieux récepteurs. Le DSM-flux (Dispositif pour la surveillance et maîtrise des flux d'eaux et polluants des réseaux d'eaux pluviales et unitaires) est un nouveau dispositif préconçu et pré-étalonné qui garantit les conditions hydrauliques appropriées permettant de mesurer les débits et volumes déversés ainsi que les concentrations et masses de polluants qui y sont transportées. Dans cette thèse, une relation permettant de mesurer le débit au passage du DSM-flux a été construite grâce à une étude expérimentale sur modèle physique réduit, puis validée pour plusieurs configurations d'écoulement à l'amont du dispositif. Quelles que soient les conditions hydrauliques en amont, les incertitudes relatives sont inférieures à 15% et 2% pour les débits et les volumes étudiés, respectivement. La méthode de mesure a été validée in situ sur un dispositif à grand échelle construit sur le terrain et fonctionnant en conditions réelles, ce qui montre la robustesse de la méthode. De plus, grâce à sa conception originale, le DSM-flux favorise l'interception d'une fraction des polluants particulaires. L’hydrodynamique de ce dispositif de mesure a été analysée ainsi que les conditions qui engendrent la décantation des polluants particulaires. En fonction des conditions d'écoulement, il retient 50% de la masse totale des matières solides fines en suspension transitant par le dispositif. Sa capacité de rétention a été aussi observée sur le terrain et une méthodologie a été élaborée pour quantifier son efficacité de rétention lors d'études futures.

Informations complémentaires

  • Amphithéâtre EST - Bât. Les Humanités - Villeurbanne