Évènements

25 Ene
25/01/2019 14:00

Sciences & Société

Soutenance de l'Habilitation à Diriger des Recherches en sciences : Ana-Maria SFARGHIU épouse TRUNFIO

[HDR - soutenance publique] : Réponses biologiques aux sollicitations tribologiques. Rôle de médiateur des structures phospholipidiques. Application au diagnostic et à la thérapeutique des pathologies articulaires.

CR CNRS : Ana-Maria SFARGHIU épouse TRUNFIO

Laboratoire INSA : LaMCoS

Rapporteurs :

  • Yves Dubief, Stefano Mischler, Éric Viguier

Jury :

  • Yves Berthier, Yves Dubief, Fréderic Mallein-Gerin, Michel Lagarde, Stefano Mischler, Jean-Paul Rieu, Bernard Tinland, Claude Verdier, Eric Viguier.
  • Invités : Salah Kardi, Michel Hassler, Michel Vincent.

----------------------

L’arthrose (usure des cartilages articulaires) pose un problème de santé majeur car elle est asymptomatique jusqu’à un stade avancé auquel aucun traitement n’est vraiment efficace, seule reste la pose d'un implant (arthroplastie). Implant dont la durée de vie in vivo s'avère encore très décevante par rapport à celle extrapolée à partir de simulations ex vivo, et cela malgré les efforts internationaux d’optimisation des matériaux. Les discordances entre les durées de vie in vivo et ex vivo sont principalement imputées aux conditions d'essais ex vivo insuffisamment réalistes vis-à-vis des particularités mécaniques et physico-chimiques des lubrifiants biologiques. Ces lubrifiants biologiques sont des milieux moléculaires complexes qui, sous contraintes tribologiques, créent des couches moléculaires sur les surfaces frottantes des implants articulaires, modifiant ainsi leur comportement en frottement et en usure. Dans ce contexte, nos premiers travaux ont montré que les structures moléculaires à base de phospholipides sont essentielles dans l’obtention d’un faible coefficient de frottement et une faible usure d’une articulation saine. Par conséquent, notre premier objectif a été d’identifier les structures phospholipidiques ayant un rôle clé dans l’évolution de l’arthrose afin de les utiliser comme marqueurs précoces lors du diagnostic. Ceci a permis ensuite, deuxième objectif, de maîtriser les interactions mécaniques et physicochimiques de ces assemblages moléculaires avec les surfaces des implants articulaires et les tissus adjacents (os / cartilage) afin d’estimer de manière réaliste la durée de vie des implants et de concevoir des solutions thérapeutiques moins handicapantes qu’une arthroplastie totale.

Información adicional

  • Amphithéâtre Émilie du Châtelet - Bibliothèque Marie Curie - INSA Lyon - 31 avenue Jean Capelle - 69621 Villeurbanne